De l’art de la récompense

Les premières impressions que le cheval retire de son contact avec l'homme sont décisives. Elles sont d'une importance fondamentale pour les rapports qu'il aura ultérieurement avec lui. 

On peut dire avec une certitude presque absolue qu'une grande partie des chevaux que l'on qualifie de méchants ou de fainéants ne sont pas nés ainsi, mais le sont devenus par suite d'un traitement faux, et souvent par manque de récompenses dès qu'ils avaitent effectué un bon mouvement.

 

Chose étrange, dans presque tous les manuels d'équitation, les corrections sont traitées d'une façon plus détaillée que les différentes sortes de récompenses. Ainsi Grisone, soutient dans sa doctrine équestre que le seul fait de cesser les corrections constitue déjà pour le cheval une récompense. Pourtant le cavalier trouve dans les récompenses justement données, toute une gamme de possibilités, lui permettant alors de poursuivre le travail de sa monture dans le clame mais surtout dans le respect. De la caresses aux friandises, les chemins sont multiples et permettent de gagner confiance et aussi d'intensifier la joie du cheval dans le travail.

Le cavalier qui cherche à comprendre son cheval, se rendra vite compte que non seulement ce dernier est reconnaissant et sensible à toutes formes de récompenses mais encore qu'il s'en trouvera encouragé à faire des efforts pour contenter son dresseur.

Une récompense doit suivre immédiatement l'action qui la justifie si l'on veut qu'elle ait et garde sa valeur. Malheureusement, certains cavaliers sont toujours prêts à corriger, à punir et omettent de récompenser. Ils considèrent à tort comme une chose toute naturelle ce que le cheval a fait de bien. Une des plus simples récompenses est la voix avec un ton doux et flatteur. Une autre consiste au contact de peau, flatter le cheval de la main dégantée sur l'encolure, non pas comme on le voit trop souvent, en appliquant une série de claques aussi bruyantes que rythmées avec le plat de la main, où l'on se demande parfois s'il ne s'agit pas d'éblouir la galerie en montrant que l'on sait récompenser. Non ! C'est avec douceur, tendresse et respect qu'il faut caresser l'encolure ou le reste du corps.

Une autre récompense utile, après un exercice bien réussis, consiste à passer au pas en laissant les rênes longues. Le cheval appréciera vite ce geste du cavalier et assimilera la cession provisoire du travail à une récompense, il s'efforcera alors la prochaine fois de mériter à nouveau cette cession. Mieux encore, si votre cheval vous donne un mouvement, un travail particulièrement bien réussi : mettre aussitôt pied à terre, dessangler le cheval et le rentrer à l'écurie sans le remonter.

Les sucres, les friandises peuvent également servir de récompenses pour le cheval, pour autant qu'il les reçoivent immédiatement après l'exécution du mouvement, et sans en abuser.

Nous attirons également l'attention, sur le fait que s'il est important de bien récompenser et de façon appropriée, il ne faut cependant pas tomber dans un travers qui consisterait à récompenser le cheval à tort. Si ce dernier effectue régulièrement et correctement un mouvement, il n'est pas utile de le récompenser aussi souvent. Un excès de récompense peut amener le cheval à tricher dans ses progressions, ne se donnant pas par plaisir dans l'exécution des mouvements mais seulement par intérêt.

On ne peut terminer sur le thème des récompenses sans faire remarquer qu'elles doivent aussi être adaptées au caractère du cheval. Une simple caresse de la main suffira pour rendre heureux des chevaux particulièrement sensibles et quiapprécient le contact, tandis que d'autres, plus matérialistes ou plus gourmands,renonceront volontiers aux caresses pour des sucres ou d'autres friandises.

Enfin, n'oublions pas qu'en voyant la façon dont un cavalier donne les récompenses et les corrections l'on peut se faire une opinion sur ses qualités de caractère, sa tournure d'esprit et surtout son amour et son respect pour ce qui est et doit rester la plus belle et la plus noble conquête de l'homme.

By | 2017-05-01T20:03:03+00:00 mai 1st, 2017|Psychologie du cheval|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment